Bonjour chers lecteurs,

Vous avez été très nombreux, plus de 250, à lire la publication de Patrick Delavaud, sur la dernière réunion du C.M.

N'hésitez pas à réagir, en laissant vos commentaires sur l'espace dédié. Nous les publierons dans la mesure où ils ne sont ni injurieux, ni diffamatoires.

Un lecteur a laissé un premier et long commentaire que nous publions à la Une, pour sa bonne visibilité.

Bonne journée à tous

Jean-Baptiste

 

Voici ce commentaire :

 

Théatre à tous les étages …

Ispoure accueille plusieurs troupes de théâtre ces dernières semaines.

  La dernière ce samedi 27 novembre 2021, salle F. Bentaberry, avec pour titre « Un couple dans la tourmente », le thème étant un couple modèle qui va finir par se séparer. Un peu plus haut sur la colline, dans les vicissitudes feutrées de la mairie, c’est un coup de théâtre qui se déroule depuis quelques jours.

  Et là, c’est Claude Barets qui se retrouve dans la tourmente, avec plusieurs conseillers qui votent différemment. Rappelons que lors des dernières élections municipales, il avait été lâché par 12 conseillers (7 de son équipe et 5 de la seconde liste). Déjà, n’était-ce pas là un signe de malaise ? Trouver 12 candidats ne fut pas chose aisée ! Aussi, afin de sauver son égo en présentant une liste complète, il aura dû ratisser très large, présentant une liste hétéroclite comprenant d’excellents candidats, mais aussi des personnes beaucoup moins motivées, ayant surtout servi à atteindre le nombre de 15 candidats.

  Les personnes approchées ont cru à des attributions claires et précises, et à des décisions collégiales décrites par leur recruteur-charmeur. Apparemment, ils ont vite déchanté ! Le premier ayant quitté le navire fut M. Patrick Delavaud, auquel ses attributions de départ furent régulièrement court-circuitées, l’obligeant même à supprimer ses constatations portant sur des irrégularités dans la légalité en matière d’urbanisme.

  On musèle ses conseillers pour mieux diriger seul et dans la discrétion ?

Dans le compte-rendu de réunion du 7 octobre 2021, on sent bien une fissure en formation au sein de l’équipe en place, un malaise né d’un retournement de décision personnelle du maire, concernant un permis de construire refusé au départ pour se conformer au PPRi. Si un maire possède des attributions propres, il doit également faire exécuter les décisions collectives du conseil municipal.

Son omnipotence ne l’a pas quitté, et aujourd’hui, face à des conseillers qu’il est allé chercher, qui ne se reconnaissent plus dans la méthode de travail promise, il se retrouve dans une situation compliquée. Ce vendredi 3 décembre 2021, une réunion du C.M s’est tenue en mairie. Lors de cette séance, on s’aperçoit que l’équipe municipale est divisée en deux, le conseiller régulièrement absent ayant été appelé au secours par sa procuration pour faire pencher la balance.

   Et puis, dans une pièce de théâtre, il y a nécessairement un ou plusieurs coups de théâtre, avec l’entrée en scène du maître du clan des ispouriens, celui bien armé par son langage, qui va jusque chez Mme Elorri RECA lui susurrer qu’il est plus risqué d’organiser un concert chez elle, que de construire dans son lotissement. On ne se refuse plus rien, pour désorienter une conseillère municipale élue avec le meilleur score, qui détient sa liberté de penser bien légitime.

Ah ! c’est fou ce que le profit personnel peut induire !!